Please reload

Posts Récents

LES VOEUX DE NOËL ET DE NOUVEL AN 2018 DE MGR VICTOR ABAGNA MOSSA

December 20, 2017

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

LES VOEUX DE NOËL 2018 ET DE NOUVEL AN 2019 DE MGR VICTOR ABAGNA MOSSA

December 22, 2018

 

 

 
Evêque d’Owando 
Vœux de Noël 2018 et de Nouvel An 2019

De Son Excellence Mgr Victor ABAGNA MOSSA

Aux
Prêtres, aux Personnes consacrées, au Peuple de Dieu du diocèse d’Owando 
« NOUS SOMMES UNE FAMILLE APPELEE A LA SAINTETE » : 
« SOYONS SAINTS ET IMMACULES EN PRESENCE DE JESUS, DANS L’AMOUR » (EP.1,4) 
1. L’alliance que Dieu conclut avec Abram ne nous dit pas tout de suite que Dieu est ou sera le Père des nombreux enfants que ce patriarche sans enfant aura selon la promesse de Dieu. (Gen.15). Lorsque Dieu parle des enfants d’Abram, il utilise le terme de postérité. Au temps de Moïse, Dieu fait dire aux enfants d’Abraham : « Maintenant, si vous écoutez ma voix, et gardez mon alliance, je vous tiendrai pour mon bien propre parmi tous les peuples, car toute la terre est à moi. Et Dieu continue : « Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres, une nation sainte ». (Ex.19,5) 
   

2. Devenir le « bien propre de Dieu » c’est faire ce que Dieu commande, agir selon sa parole. Une parole qui est pour l’homme Lumière, Chemin. Une parole qui nous place sur un chemin de sainteté. 
Les dix (10) Paroles, le Décalogue ne parle pas d’enfants de Dieu mais d’un peuple auquel Dieu peut parler. Et voici que pendant que Dieu prépare ce peuple à marcher sur la voie de sainteté, les enfants d’Abraham « se prostituent. » Et Dieu dit à Moïse : « J’ai vu ce peuple : c’est un peuple à la nuque raide. Maintenant, laisse-moi, ma colère va s’enflammer contre eux et je les exterminerai ; mais de toi, je ferai une grande nation. » (Ex. 32 9-10). 
Sur mon cheminement dans la foi, ne suis-je pas en train de suivre le même chemin que les enfants d’Abraham dans leur exode. Dans ma parole et mon comportement, n’ai-je pas obligé ceux qui m’écoutent et me voient à faire comme moi ! 
C’est par ces mots que j’ouvris la retraite spirituelle au début de cette année pastorale. C’est encore avec ces mots que je nous invite à entrer dans la célébration de la fête de Noël et du Nouvel An qui qui pointent à l’horizon. 
3. Je n’ai pas l’intention, comme dit le Pape François de « faire un traité sur la sainteté avec de nombreuses définitions et distinctions qui pourraient enrichir cet important thème, ou avec des analyses qu’on pourrait faire concernant les moyens de sanctification. » (GAUDETE ET EXSULTATE, n°2). Non ! 
Ma conviction et mon vœu sont que nous, Eglise d’Owando, nous puissions, en ce temps de l’Avent qui se termine, marcher ensemble vers Noël, en présence du Seigneur ( Gn 17,1) pour que 2019 nous trouve « parfaits comme notre Père céleste est parfait » ( Mt 5, 48). 
4. Au début de cette année pastorale, nous avons pris l’engagement comme Eglise-famille, de se lever et de marcher à la suite du Christ, notre Modèle. Lui, Jésus, qui a vécu toute notre condition humaine, excepté le péché. Nous ne pouvons certainement pas vivre sans péché, mais nous sommes appelés à vivre en recherchant la sainteté au jour le jour, de telle sorte qu’il n’y ait pas inadéquation ou hiatus entre ce que nous professons et ce que nous faisons. 
En ce sens, notre sainteté consiste à sauvegarder ce que nous sommes, le corps du Christ, son Eglise et à vivre de ce que nous annonçons : la Parole de Dieu. Il s’agit bien de la dimension de témoignage qui est appelée à être mise en exergue. 
5. Il est sûr et certain que notre témoignage porte déjà du fruit auprès de ceux et celles qui ne connaissent pas encore Dieu notre Père et son Fils Jésus Christ qui est venu réconcilier, restaurer et récapituler l’humanité toute entière. Mais ce n’est pas encore assez ! La moisson est encore abondante. 
6. Tous, baptisés, chrétiens, nous sommes appelés à devenir saints, dans l’amour, dans la joie, dans la fraternité, dans la paix tout en nous pardonnant les uns aux autres. 
D’aucuns croiraient que la sainteté est uniquement l’affaire des prêtres ou des personnes consacrées. Non ! La sainteté est l’affaire de tous et de toutes. Le saint Concile Vatican II nous le rappelle en ces termes : « Pourvus de moyens salutaires d’une telle abondance et d’une telle grandeur, tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur condition et leur état de vie, sont appelés par Dieu, chacun dans sa route, à une sainteté dont la perfection est celle même du Père ». (Const. dogm. Lumen gentium, sur l’Église, n. 11). 
Je vous exhorte donc, je nous exhorte à vivre de la sainteté et dans la sainteté. A purifier nos intentions et nos actions pour la plus grande gloire de Dieu. A nous arrêter un instant afin de regarder notre vie, A regarder notre manière d’agir, notre manière d’accomplir la mission du Christ où que je sois ! 
7. Dieu nous a confié un peuple : ces enfants, ces jeunes, ces adultes, ces mamans, ces papas, ces vieux qui ne quittent plus leur maison, ces malades, ces mendiants que faisons-nous pour eux ? Qu’est-ce que nous leur apprenons pour leur vrai bonheur : cette paix qui vient de Dieu et qui doit se vivre en famille et dans une famille ? 
8. Les Evêques du Congo ont consacré leur Assemblée Plénière de cette année sur la jeunesse. Que faisons-nous de cette jeunesse ? Aujourd’hui en Europe ou simplement dans le monde occidental et peut-être chez nous au Congo aussi, les jeunes, les adolescents et les enfants sont victimes de plusieurs abus : surtout les abus sexuels. Les prêtres sont les premiers à être indexés dans ce genre de cas. Nombreux sont ceux-là qui profitent de leur rang pour abuser des adolescents et des enfants et notre Mère l’Eglise souffre, souffre énormément de ces agissements, et requiert la justice. 
Je vous conjure, je nous conjure à ne pas tomber dans ces travers, à ne pas scandaliser la jeunesse ni la blesser mais « soyez proches d’eux, selon l’itinéraire : écouter, accompagner, dialoguer, discerner, orienter dans la vérité. Car « l’écoute est le premier pas du cheminement de la foi ». (Pape François, Homélie de la messe de clôture du synode, octobre 2018). 
9. Chers frères et sœurs dans la vigne du seigneur, 
Notre monde, notre Pays et notre Eglise ont besoin de saints, c’est-à-dire des personnes qui font des « choses ordinaires de façon extraordinaire », des hommes et des femmes qui écoutent la Parole de Dieu, qui vivent de cette Parole. Vivons notre Noël 2018 et la nouvelle année 2019 en présence du Seigneur, dans la sainteté, dans la communion, car nous sommes un peuple saint, une race choisie, un peuple de prêtres. 
Cette Sainteté est à vivre dans tous nos milieux de vie en serviteurs fidèles et vigilants, en serviteurs toujours prêts pour la mission : « Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église. Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. Es-tu père, mère, grand père ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus. As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels ». (Pape François, GAUDETE ET EXSULTATE, n°14). 
Bonne fête de la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Sainte et heureuse année 2019 ! 
Donné à l’Evêché d’Owando, le 15 décembre de l’an 2018, septième année de mon Episcopat. 
+ Victor ABAGNA MOSSA 
 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

DIOCÈSE D'OWANDO

© 2017 Diocèse d'Owando | Tous droits réservés

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square