Please reload

Posts Récents

LES VOEUX DE NOËL ET DE NOUVEL AN 2018 DE MGR VICTOR ABAGNA MOSSA

December 20, 2017

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

24è ANNIVERSAIRE DU GRAND SEMINAIRE MGR G.F.SINGHA ET DE LA MORT DE MGR G.F. SINGHA

 

Je suis heureux en ce 6ème dimanche de pâques d’être de la fête avec vous, vous du philosophat surtout. Bonne fête !

 

La Parole de Dieu nous donne de cheminer avec le Christ ressuscité qui nous prépare à accueillir  un autre Consolateur. Vous le connaissez déjà.

 

Cette parole me fait dire : vraiment ! Nous avons été créés par amour, et l’amour de Dieu. En effet, le plan de Dieu va s’accomplir. Après son péché, l’Homme a été chassé du jardin d’Eden, voué à l’oubli, à la traine. Mais c’est ignorer que l’amour de Dieu ne condamne pas.

 

L’homme a été créé pour le bonheur auprès de Dieu. Non, Dieu n’a pas abandonné l’Homme à cause du péché. Et pour sauver l’Homme Dieu doit encore s’impliquer. Ainsi, dans le Fils et par lui, Dieu s’est incarné pour devenir le premier Adam d’une humanité nouvelle, celle dont nous faisons partie.

 

Le plan du salut passe par la souffrance, la croix, la mort et la résurrection du Nouvel Adam, c’est l’évènement que nous revivons, n’est-ce pas !  Mais ce plan ne sera parfait, accompli qu’avec ce que le Ressuscité prépare pour nous comme nous l’avons entendu : Dieu ne nous laisse pas seul : il nous promet un Consolateur afin qu’il demeure Eternellement avec nous. Ce Consolateur est appelé le PARACLET (celui qui est à nos côtés, pour nous secourir). Il est l’Avocat qui vient nous secourir. Oui, le Saint Esprit est dans notre cœur  pour nous secourir quand dans notre faiblesse, nous tombons : il nous donne la force de nous relever. Il vient au secours de notre ignorance et nous éclaire. Et nous sommes affermis dans notre foi.

 

Dans notre cœur le Saint Esprit nous donne d’aimer ce Jésus Christ qui défend notre cause auprès du Père et intercède pour nous.

 

En nous, le Consolateur qui nous sera envoyé nous aidera à chasser de nos vies ce qui ne nous aide pas à nous attacher au Christ comme l’idolâtrie, la débauche, l’impureté, la magie, les rivalités, les colères, la jalousie, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes (cf. Gal 5), les envies… Tout ce qui nous éloigne de Jésus Christ !

 

Au contraire, si nous accueillons et si nous laissons l’Esprit Saint travailler notre cœur, alors nous écouterons Jésus, nous chercherons à garder ses commandements, et deviendrons ses amis à lui qui dit : « je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai vers vous ». Et Jésus ne nous ment pas ; non seulement il viendra vers nous, mais, mieux encore il nous fait participer au mystère de son Corps : lui le Christ fait que nous soyons en lui, et lui en nous ; nous devenons son Corps, son Corps mystique, nous qui croyons en lui, nous Eglise.

 

Vous comprenez jusqu’où est allé l’amour de Dieu, pour toi, pour lui, pour moi !  A tout cet amour que répondrons-nous ! Quel regard pouvons-nous poser sur l’autre, sur les autres !

 

L’amour appelle l’amour. Si nous répondons à cet amour de Dieu en vérité, alors nous ne sommes plus seulement des baptisés, portant l’appellation de chrétiens, nous devenons des amis de Jésus-Christ, des enfants de Dieu qui gardent les commandements de Jésus et vivent ainsi en enfants de Dieu.  Alors comme dit Saint Pierre, Jésus en nous, nous en aidera à vivre comme lui, capables de souffrir comme lui en ne cherchant à faire que le bien et non le mal, en préservant notre langue du mal, en préservant nos lèvres des paroles trompeuses, en recherchant et en poursuivant la paix, car la face de Dieu, dit Saint Pierre est contre ceux qui murmurent et font le mal jour et nuit.

 

Le mal, le mal ! Nos sociétés ne sont-elles pas, de nos jours esclaves du mal ! J’ai pour ma part la conviction que nous sommes comme sortis de l’empire de l’Esprit-Saint que Jésus nous a promis et que nous a été donné le jour de la pentecôte. Avec cet Esprit-Saint, nos communautés, nos sociétés auraient pu devenir productrices de paix, d’amour, de joie, de patience, de bonté, de bienveillance, de douceur, de maîtrise de soi. Au contraire, on donne l’impression d’avoir chassé de nos cœurs le Paraclet et de nous être jetés dans les bras du dieu-argent (Mammon) qui dirige et conduit beaucoup de nos frères et sœurs. On veut gagner, gagner par tous les moyens, et on vole, on vole. Le commandement de Dieu :’’ tu ne voleras pas, tu ne mentiras pas’’ semble être  loin des cœurs des baptisés et des priants qui sont nombreux.

 

Aujourd’hui vous fêtez les 24 ans de cette structure qui doucement est encore comme au désert les yeux tournés vers l’Horizon de la « terre promise ».

 

24 ans ! au cours desquels beaucoup de jeunes sont passés par cette structure qui est vraisemblablement le fondement de la prêtrise. Ici aussi, on pourrait faire du Séminaire et de la prêtrise à venir un moyen d’entrer dans la vie. Ici devrait commencer consciemment l’engagement de servir Jésus-Christ, serviteur, Jésus-Christ pauvre.

 

Après la propédeutique, cette structure devrait être le moment de mieux nous connaître, de nous aimer, étant tous appelés au même service d’un Maître qui s’abaisse à laver nos pieds de ses disciples. Venus de diverses régions du Pays, d’un Pays qui est menacé par les divisions et le tribalisme, cette structure appelée G. F. SINGHA nous a-t-elle permis de revoir nos idées sur la nation, sur le pays,  des idées qui devraient pas nous éloigner de l’Esprit-Saint, le Paraclet qui nous mène vers l’amour, la paix, la joie !

 

L’année se termine, et d’aucuns vont quitter la maison pour l’autre structure, que vont-ils emporter de cette structure : est-ce le désir de devenir davantage des amoureux du Christ, des amis du Christ, des chrétiens qui ont pris conscience de l’être nouveau que l’on a découvert, dont on a encore pris conscience !

 

Le passage par cette maison me donne-t-il, m’a-t-il donné la soif de pouvoir parler un jour de ce Dieu plein d’amour pour moi et pour tout Homme !

 

Le passage dans cette maison me donne-t-il, m’a-t-il donné la fierté d’être chrétien, disciple du Christ !

Le passage dans cette maison me donne-t-il, m’a-t-il donné la fierté d’être d’un peuple aux riches cultures !

 

Le passage dans cette maison me donne-t-il la joie d’être dans ce Pays menacé et déchiré, la joie d’être promoteur de paix, de vraie paix et d’unité !

 

Que l’Esprit qui nous est promis et qui nous est donné réalise en nous ce que Jésus souhaite pour ses serviteurs et ses amis.

 

Bonne fête !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

DIOCÈSE D'OWANDO

© 2017 Diocèse d'Owando | Tous droits réservés

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square